• La cour d'amour (1)

    Pour le jeudi en poésie de la communauté de Pascale

    les croqueurs de mots

     

     

     

    Belle damoiselle,

    Jamais ne faillit mon courage au service de mon suzerain, votre oncle, et le ciel et tous ses saints me sont témoins qu’aucun ennemi ne fit reculer mon épée au pied des remparts des citadelles hautaines, sous le feu et le fer.

    Les champs de lice m’ont vu porter haut les couleurs de mon fief et de mon noble père, sans que la lance acérée et l’armure adversaire ne me fasse trembler.

    Mon cœur a su rester ferme, audacieux, et nul ne peut se vanter de m’avoir vu vaciller, pourtant ce même cœur à présent défaille et s’avoue vaincu par ce qui paraissait si tendre et qui est si cruel.

    Recevant cet honneur envié d’être convié à la cour du roi votre oncle, j’ignorais que ce privilège dont j’étais fier, et ce jour qui devait être celui de ma gloire, allait être celui de ma perte, celui où j’allais apprendre la souffrance la plus extrême et la plus douce.

    Dès que je vous fus présenté, j’ai su que j’étais perdu.

    Un seul regard de vos yeux semblables aux étoiles qui brillent dans les pays d’orient suffit à plonger mon âme dans le plus profond des tourments. Votre sourire si doux, et la main semblable à une aile de colombe que vous me fîtes la grâce de me laisser effleurer, ont fait de moi l’être le plus faible qui se puisse imaginer.

    Las, vous n’avez daigné m’adresser la moindre parole, ni le moindre geste qui m’eut donné quelque espoir, et si monseigneur votre père, et le roi votre oncle me faisaient bon accueil, tout autant auraient-ils pu me jeter au plus profond de la basse-fosse, quand vous ne m’accordiez pas la faveur de votre voix mélodieuse.

    Prisonnier à présent je suis, en ma propre demeure, en mon château retiré où plus personne ne saurait m’atteindre, souffrant et chérissant ma souffrance.

    J’ose pourtant vous adresser cette missive, pour que vous sachiez le mal que vous m’avez fait, et que vous puissiez en rire, ou peut-être, espérance d’un fou, me redonner la vie.

     

    A suivre ...

     

    dicksee29.jpg

     

    tableau de sir Frank Diksee

    « les vacances de l'arc-en-cielUne voile au lointain »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 15 Juillet 2010 à 18:44
    ADAMANTE

    Doux tourment d'amour courtois. Cordialement.

    2
    Jeudi 15 Juillet 2010 à 21:22
    Alice

    Nous voici transportés dans une autre époque, où e langage est délicatesse et retenue, le guerrier est vaincu  par l'amour, et semble désemparé soudain par cette nouvelle bataille :-) je me laisse prendre par l'écriture de cette belle aventure, merci à toi. Amitiés

     

    3
    Jeudi 15 Juillet 2010 à 22:51
    Angeljanvier

    Une missive à la fois enflammée et pleine déférence...

    Le tableau de la jeune femme reste étonnant dans la trame de l' attente...

    Amicalement

    4
    Vendredi 16 Juillet 2010 à 20:42
    Tricôtine

    faut dire que les yeux sont tellement beaux que le pauvre garçon doit se pâmer !!! hihi!!! j'attends la suite de ce beau texte romantique !! sont pas costauds les glorieux combattants quand un jupon leur fait les yeux doux !! bizzz Hauteclaire !!! bon week end !

    5
    jill bill
    Jeudi 5 Juillet 2012 à 03:50
    jill bill

    Bonsoir hautelcaire, j'attends la suite... Que répondra la belle à ce prétendant éperdument amoureux... A demain mon amie Hauteclaire ! Big bi de jill

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :